LOADING

Type to search

Portraits Rap & Hip-Hop

Le Rap comme étendard Hassan Monkey regarde la jeunesse dans les yeux

Share

©PaulFauchille

Rappeur, assistant pédagogique, accompagnateur, dénicheur de talent, il est l’un des personnages incontournables de  la scène Hip-Hop Perpignanaise. Physique imposant, le visage bordé d’une barbe, Hassan Monkey en totale  décontraction et modeste, aurait pourtant de quoi pavoiser.

De Saint Jacques à Saint Mathieu en passant par La Real, il grandit avec du rap dans les oreilles. L’un des outils les plus   efficaces pour relier les communautés, sur la base d’idées, d’intérêts, de valeurs et d’expériences.

 Émerveillé par NTM et Wu-Tang, bousculé par la Fonky Family, subjugué par le génie de Brel, il n’aura de cesse   d’imposer sa musique, son style, sa touche, son incroyable personnalité.

Tout a basculé quand il avait 11 ans, lorsqu’il monte sur une petite scène de quartier pour y poser un texte un brin   innocent, mais authentique, depuis le micro ne le quitte plus et c’est tout naturellement qu’Hassan Monkey pénètre   dans l’univers du Hip Hop. De ses rencontres avec DJ Loîs et Nasty découle le collectif Les 7 Piliers Capitaux, puis le groupe Unité de Valeur. Ils sillonneront quelques scènes ensemble à travers la France.

Après une pause de trois ans à Paris, jonglant entre la school* et le rap, Hassan fait son retour dans l’arène à Perpignan en 2011, en reprenant une carrière solo, en sortant son premier projet « Warm Up » réalisé en collaboration avec En’zoo, le beatmaker de l’écurie « Perpizoo » qui compte des artistes comme Nemir et Gros Mo.

Goût prononcé pour l’écriture, le MC affûte sa plume, balance entre sagesse et transgression, critique sur la société et ego trip, il revendique ses deux bras, ses deux jambes, son cerveau.

©PaulFauchille

A deux reprises, en 2011 et 2013, Hassan est finaliste national du Buzz Booster et multiplie les scènes en parallèle. Revêtant le bleu de chauffe, il sort son premier album Babel en 2016, avec un nouveau beatmaker, Oliver. Du rap au peura aux couleurs reggae. Un projet qui lui correspond, généreux et sans chichis, aux nuances étonnamment perpignanaises.

Préférant avoir la reconnaissance du milieu que du grand public. Cet anti-star-system qui séduit par son côté accessible et sa passion pour cette musique, souhaite se rapprocher des gens, être humain. Quoi de plus logique que de donner un support, un soutien aux jeunes et aux groupes, donner confiance à des talents Perpignanais, de France et de Navarre, via des ateliers d’écriture et des Open Mic à la Casa Musicale. Hassan Monkey est comme un poisson dans l’eau dans ce rapport direct aux jeunes. Comme une réelle passation d’aînés à petits frères. Il m’impose rien, il laisse librement s’exprimer ces jeunes, comme avec ceux de la « Quinte Flush », une nouvelle génération de rappeurs Perpignanais, qu’il souhaite pousser le plus loin possible.

Le rappeur entrera bientôt en studio, pour bosser sur un nouveau projet. Avec le recul, il veut se rapprocher de lui-même. L’écriture étant une forme de thérapie, parler de lui, aborder des thèmes comme l’amour lui semble nécessaire.

Spéciale dédicace : « Big up à toutes les personnes que j’ai croisé qui m’ont apporté et qui se reconnaîtront ! »

 

Chaine Officielle Hassan Monkey / Facebook/Hassan Monkey

*école

Joséphine Pagano pour Urban Art Up.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *